Juste derrière la Porte ? pourquoi ce titre.

Pourquoi derrière la porte, tout simplement parce qu’au moment de ma greffe de moelle un moment je me suis endormie et j’ai eu l’impression de me retrouver devant une porte. Je ne sais pas ce qui se trouvait derrière la porte mais ma main a refusé de tourner la poignée pour ouvrir la porte. On peut imaginer que derrière cette porte il y avait l’autre monde, ce monde qui représente la mort.

Depuis ce jour, je n’ai plus jamais regardé une porte fermée de la même manière. Depuis ce jour j’ouvre les portes en espérant y trouver un peu de bonheur et pour moi cela fonctionne, alors je vous propose de vous laisser aller à l’ouverture de toutes nos portes.

Bon voyage et bonne découverte.

Nathalie et Lucie

Octobre ROSE

Ah la la, le mois d’octobre définitivement me laisse tous les ans un goût amer, pourquoi ? tout simplement parce que je dois bien voir 100 messages par jour POUR contre le cancer du SEIN, ok la cause est belle, elle touche les femmes autant que les hommes dans une proportion différente bien sur mais bon quand même.

Pourquoi ça me laisse un goût amer ? tout simplement parce que ça prend trop d’importance par rapport aux autres cancers qui EXISTENT aussi non ? On va donc faire un cancer par mois (idée de Valérie Sugg psychologue en cancérologie)? et les cancers oubliés parce que plus rare comme le cancer de la bouche, des yeux, du vagin, les moins rares aussi poumons, reins, leucémie, cerveau, peau, os etc…. On donne une importance à UN cancer qui de plus n’est probablement pas celui qui aujourd’hui nécessite le plus de recherche pour évoluer puisque les fonds pour ce cancer du SEIN sont très importants chaque année.

Je suis tout à fait pour en parler et je ne sous-estime pas les blessures physiques et psychologiques des patients et patientes de ce cancer, mais pensez un peu à tous les autres malades qui eux se sentent oubliés, à tous ces parents voyants leurs enfants avec des cancers rares ne jamais entendre parler QUE d’un cancer qu’on arrive pas mal à maîtriser, même s’il y a encore aujourd’hui des décès liés au cancer du sein.

J’ai discuté avec des malades de cancer et tout comme moi, n’entendre parler que du cancer du sein est blessant et minimisant face aux autres cancers, on se sent oublié, d’autant que certains cancers sont encore tellement invalidant pour l’entièreté du reste de sa vie quand nous voyons que l’énergie est monopolisée par une seule catégorie ce n’est pas simple.

Alors svp l’envahissement ROSE on se garde une petite gêne en parlant aussi des autres et peut-être faire des actions communes pour le CANCER juste le CANCER sans préciser lequel, on a tous besoin de soutien financier, de recherche, de publicité, parler aussi des dons de moelle pour sauver les leucémiques, des dons de reins de son vivant à un être cher proche, des dons de sang, du soutiens aux malades qui perdent leurs visages avec un cancer de la peau touchant le visage, la bouche …..

J’ai des amies qui sont passées par le cancer du sein, je répète pour ne pas vous vexer que je ne minimise pas du tout votre parcours loin de là.

Bon mois d’octobre Orange en ce qui me concerne, c’est la couleur de l’automne non ?

Être loin

La situation présente m’inspire une réflexion sur le « être loin ».

« Être loin » a, comme toutes les situations ou les histoires, deux faces ou deux côtés si vous aimez mieux.

« Être loin » peut signifier avoir la paix, être libre de dire ou de faire ce que l’on veut, de devenir qui l’on veut être; mais aussi s’inquiéter sans qu’on ne puisse rien faire, de s’ennuyer ou de vouloir être plus proche pour tout simplement être là.

« Être loin » par les kilomètres qui nous séparent. La distance physique peut être grande comme pour nous, Nathalie et moi, ça me prends un avion, un TGV et autre train pour que nous soyons l’une près de l’autre, mais certaines journées Nathalie est la personne la plus proche de moi grâce à la magie de Facebook.

« Être loin » et « être là » sont deux opposée. On peut « Être loin » et tout de même « être là », comme « être là » et tout de même « être loin ».

Bonne réflexion,

Lucie

Supériorité masculine ????

Ah les hommes !!!

Pourtant on m’a dit récemment que nous étions en 2019, pourtant ce que j’ai constaté lors de mon séjour à l’hôpital, département neurologie (je précise parce que c’est peut-être de là que ça vient) en est tout autre.

Premier jour d’hospitalisation, une jeune femme, prénommée Elisabeth, comme ma fille ça me fait plaisir tiens, viens me poser mille et une questions, normal c’est un centre universitaire, on est là pour aider les jeunes à devenir de bons médecins, j’avoue qu’il y a des ratés. Donc Elisabeth fait son travail très humainement avec beaucoup de soin. Quelques heures plus tard vient un jeune homme, un peu plus âgé que notre jeune interne si gentille encore pas corrompu par le système.

Même pas de bonjour, juste un, Mme Bougie demain on vous fait une biopsie, et on repasse avec le médecin, à demain ! Euh oui vous êtes qui ??? même pas eu le temps de poser la question, mais cela m’a un peu « énervée », bon fait chaud, il y a full bruit, il se peut que je ne sois pas très patiente….

Lendemain matin, jour 2 le GRAND chef du département arrive avec une suite incroyable de médecins, d’internes, et d’externe, ils sont 8, 6 hommes et 2 femmes, enfin si je ne les avais pas vu entrer et compter je n’aurais pas pu apercevoir ces deux jeunes femmes mises à l’arrière par ces messieurs hautains et prétentieux incapable de dire plus que BONJOUR, on ne se présente pas surtout, c’est la peine qu’on sache qui entre dans notre chambre ???? déjà ça m’exaspère ce comportement macho , voilà qu’en plus ce cher GRAND chef parle de moi, mais en me tournant le dos ????? mais excusez moi, c’est de moi que vous  parlez là , je suis là juste au cas ou vous pensez que vous êtes encore dans le couloir.

Voilà que notre jeune homme médecin de la veille se met à raconter ma vie, mais non actualisée, donc je me permets quelques réflexions en précisant que l’interrogatoire de la veille avait été réalisé par la jeune fille caché par le géant masculin devant elle, mais qu’elle, elle avait les bonnes infos en temps réel. La jeune Elisabeth a du mal à imposer sa voix, on ne l’écoute pas, que dis-je on ne l’entend même pas. Et hop on passe à ma voisine sans rien dire de plus, mais en lui tournant le dos également.

Pour elle c’est encore pire, contrairement à moi cette dame charmante est malade depuis des années et sous traitement déjà, on ne lui demande même pas comment ça se passe avec son traitement, on se contente de lui reprocher qu’elle n’est pas venue durant quelques mois pour son traitement, ok c’est juste, mais cette dame avait de très très bonnes raisons de ne pas avoir pu faire les 200 km qui l’a sépare de son domicile à l’hôpital. Je précise qu’elle avait tout expliqué à notre petite deuxième femme cachée derrière nos géants masculins aux torses bombés.

Tout ça pour dire que moi qui pensait vivre dans un monde moderne ou les choses évoluait, je suis dégoûtée de constater qu’encore aujourd’hui certains hommes se croient supérieurs à la gente féminine sans aucun souci et de manière purement arrogante.

Morale, ne jamais hésité à se positionner devant un homme et pire encore un groupe d’homme hautains et prétentieux il n’y a que comme ça que les choses bougeront.

Bonne journée à vous tous et bonne rentrée

Nathalie

C’est parti!

Alors voilà ma première recette avec moins de glucide . ça nous donne 2 glucides par petit pain, dépendant de ce que vous mettez ajuster mais vous n’aurez pas beaucoup plus si vous prenez de la crème ou du fromage blanc ou encore du yaourt.

Petit pain maison

Ingrédients:

50 gr de mélange oméga (mélange de graines de chia et de lin moulus)

20gr de son d’avoine

40 gr de poudre d’amandes

1 càc de gomme de guar

1 sachet de levure chimique

1/2 càc de bicarbonate de soude

1 càSoupe de fromage blanc (là j’ai mis du Skyr)

1 càSoupe d’huile d’olive

3 oeufs

Sel

On peut ajouter un substitut de sucre, mais je préfère les faire neutre pour utiliser avec n’importe quoi par la suite.

Préparation:

  1. Mixer les œufs pour les faire mousser de manière à avoir environ le double du départ.
  2. Mélanger l’omaga (ou mixer le chia et le lin) avec le son d’avoine, la poudre d’amande, la gomme de guar, la levure et le bicarbonate. Ajouter aux œufs mousseux. Bien mélanger
  3. Ajouter l’huile, le fromage blanc (ou yaourt, ou même crème fraîche) et le sel. Bien mélanger le tout ça épaissi un peu mais ça ne fait pas une pâte traditionnelle. Vous pouvez ajouter des graines dessus si vous avez envie.
  4. Mettre dans des moules de votre choix, j’ai pris des moules a muffins, mais la forme que vous voulez , vous avez 6 petits pâtons, mettre au four à 180° pendant 30 minutes.

Bon appétit

Le sucre un ennemi ?

Cette semaine sur recommandation du médecin, j’ai changé d’alimentation encore une fois, on vient au constat que mon corps rejette le sucre et me donne de violents maux de tête, enfin après l’étude d’un journal alimentaire de quelques semaines c’est devenu évident la relation cause à effet entre ce que je mangeais et les maux de tête.

Alors coupé le sucre c’est facile pour moi (enfin je croyais) puisque déjà à la base je n’aime pas trop les aliments sucrés. Mais lorsque nous parlons d’un régime sans sucre ou sans sucre ajouté on ne parle pas uniquement des confiseries et des pâtisseries, non non non ce serait bien trop simple et économique, hop on coupe ces rayons de notre itinéraire courses et puis voilà.

Le médecin me parle du régime alimentaire que les diabétiques et les épileptiques suivent dans les cas lourds, bon déjà il me considère comme lourde quoi, mais  non lourds dans les difficultés de gérer certains choses dans notre corps dont l’insuline. En plus il me dit que ce mode alimentaire puisque loin d’être un régime c’est un mode de vie que je devrai avoir le reste de ma vie, ouf je me dis j’ai déjà passé plus de la moitié de celle-ci.

Donc depuis samedi dernier je regarde sur tous les étiquettes de mon placard et mon frigo ce qui pourrait ne pas contenir trop de glucide net, c’est-à-dire les glucides moins les fibres pour avoir le juste taux de glucides, et en même temps on fait le tri de ce qui contient des sucres ajoutés, eh ben si j’avais du jeter tout ce qui ne va pas , mon placard serait vide, mais heureusement pour moi j’ai des enfants qui pourront continuer à manger ces aliments.

Pour compenser cette perte calorique du au taux élevé des sucres et glucides dans les aliments on doit bien manger quelque chose, donc on doit manger plus de gras, alors je ne vous dis pas mais lorsque pendant près de 40 ans on mène un combat contre le poids et contre le gras, on regarde le médecin en ayant envie de lui demander si il pétait un plomb pour envisager qu’une ancienne grosse allait volontairement manger du gras, mais je  me suis gardé une petit gène quand même.

Bon voilà tout ça c’est dit, maintenant faut trouver des recettes et des aliments sympa qui vont bien passer,  je me lance dans un petit déjeuner québécois en miniature puisque exit le sirop d’érable et les pancakes et limité  les fruits, donc pour le moment mes matins ça va entre œuf/saucisse et fromage et beurre d’arachide (le mien est un peu trop sucré à voir), mais pour les autres repas je galère sérieux, donc je fais appel à vous mes lecteurs si vous avez des supers idées n’hésiter pas à me les envoyer.

Affaire à suivre bien évidemment !bonne journée