Voici quelques références

Voici ce que j’ai lu (c’est sans compté ce que j’ai emprunté à la bibliothèque et que j’ai oublié de garder les titres et de tous les sites internet que j’ai fouillé et que je n’ai pas noté non plus….) :

  •  L’hormone du désir et celles de notre plaisir!, Dre Marie-Andrée Champagne aux éditions Libre Expression, 1999
  •  La fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique, Dr Anthony W. Martin, les éditions Québécor, 1999
  •  Plus jamais fatigué! Retrouver son énergie par les méthodes naturelles, Michel Montignac et Pierre Fluchaire, j’ai lu, 1992
  •  Le sommeil idéal, Guide pratique pour bien dormir et vaincre l’insomnie, Nicole Gratton, un monde différent, 2000
  •  Petit guide du bien-être Vitamines et minéraux, Karen Sullivan, éditions Konemann, 1997
  •  Syndrome prémenstruel, Jane Sullivan, modus vivendi, 1998
  •  Migraines, Eileen Herzberg, modus vivendi, 1998
  •  Guide familial de l’homéopathie, Dr Alain Horvilleur, livre de poche, 1981
  •  Apprendre à mieux respirer, Géraldine Gagné. Edimag, 1994
  •  Les huiles essentielles, l’aromathérapie, Danielle Huard, les éditions québécor, 1994
  •  Le grand dictionnaire des malaises et des maladies, Jacques Martel, Atma, 2006
  •  Ho’Oponopono, les 4 grandes lois spirituelles révélées, Alain Williamson, le dauphin blanc, 2015
  •  Le tableau de vie, Alain Williamson, le dauphin blanc, 2012
  •  Le carnet de vie, la vie nous donne toujours une 2e chance, Alain Williamson, le dauphin blanc, 2012
  •  La villa des miracles, Alain Williamson, le dauphin blanc, 2014
  •  Le luthier, devenir l’instrument de la vie, Alain Williamson, le dauphin blanc, 2013
  •  Le chaman d’Ek-Balam, les 5 codes d’éveil. Alain Williamson, le dauphin blanc, 2016
  •  Les 5 codes d’éveil, le retour de l’énergie du cœur, Alain Williamson, le dauphin blanc, 2017
  •  Huna à la source d’Ho’oponopono, les 7 lois spirituelles, Serge Kahili King, Jouvence éditions, 2013
  •  Les vérités oubliées de l’âme, Francine Jean, éditions découverte de soi, 2013
  •  À la découverte de la numérologie thérapeutique, Francine Jean, 2009
  •  Initiation à l’art thérapie découvrez-vous artiste de votre vie, Jean-Pierre Klein, marabout
  •  Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, Lise Bourbeau, éditions E.T.C. inc. ,2000
  •  La guérison des 5 blessures, Lise Bourbeau, éditions E.T.C. inc. ,2015
  •  Qui es-tu, Lise Bourbeau, éditions E.T.C. inc. ,
  •  Vive la détox gourmande, Jacynthe Renée, éditions Trécarré, 2014
  •  Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, Jacqueline Lagacé, PH.D, éditions Fides, 2011
  •  Cuisiner pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique, Jacqueline Lagacé, PH.D, éditions Fides, 2011
  •  Fibromyalgie, carnet pratique, guide de traitement pour une approche globale, Paule Mongeau, éditions du grand ruisseau, 2015
  •  L’alimentation ou la troisième médecine, Jean Seignalet, éditions du Rocher, 2012

C’est ‘une brève liste de documents que j’ai lu,  et dans chacun de ces livres j’y ai appris quelque chose……  À vous de nous en suggérer d’autres.

Lucie

Il y a des choses…

Que l’on se doit de partager à ceux à qui nous voulons du bien.

Il y a des jours plus difficiles que d’autres à vivre, j’avais hier de nouveau un rendez-vous à l’hôpital avec un nouveau neurologue, du coup comme tous mes rendez-vous à l’hôpital d’Hautepierre à Strasbourg je stress et j’angoisse, je fais tous ce que je ne dois pas faire, j’anticipe, comme dans la vie rares sont les moments ou l’anticipation est positive, la mienne est négative les nuits (parce qu’on anticipe plus la nuit que la journée) précédant mes rendez-vous dans ce bâtiment ou je considère avoir déjà trop passé de temps.

Du coup j’ai des petits trucs pour m’éviter le pire, le pire pour moi c’est par exemple passer la moitié de la nuit la tête dans le bol de toilette à lui donner mon dernier repas de la journée, ou à faire le tour de mon lit en bougeant dans tous les sens, ou pleurer de peur (enfin pleurer est un bien grand mot n’ayant plus de larme depuis 17  mois maintenant).

Cette semaine on m’a envoyé une musique pour mes petites séances de relaxation ou méditation donc la nuit de mardi à mercredi je l’ai écouté et ce fût un moment magique, et j’ai envie de vous le partager, je vous mets donc le lien de cette musique absolument magique, et tout à fait intégrable dans vos méditations , cette musique représente un mantra et il est interprété par une très grande artiste Madame Tina Turner. A tester, et même juste en écrivant c’est hyper agréable. Bonne écoute ! <— cliquez sur le lien bleu 🙂

Vivre avec la fibromyalgie ….. Ou comment survivre.

En 2009, j’espérais changer de vie, de retourner aux études….. Jamais je n’aurais pensé que se serait la fibromyalgie qui me tomberait dessus.

26 octobre 2009, je fume ma dernière cigarette en direction de l’hôpital de Drummondville (oui, c’est une ville au Québec), pour une hystérectomie totale (oui, on enlève tout : utérus, ovaires et trompes) et j’en suis heureuse. Pourquoi? Par ce que je me débarrassais des morceaux qui me rendaient malade (Syndrôme Pré-Menstruel très handicapant et migraines reliées à mon cycle menstruel….), je n’avais que 3 ou 4 jours sans symptômes….. par cycle de 22 jours. Cette condition s’est invitée sournoisement, symptômes par symptômes s’empirant au fil des années….. Je consulte, essaie de différents médicaments pour contrer tous les symptômes qui s’accumules et m’empoisonne la vie. Rien ne fonctionne sauf des antidouleurs qui font que j’ai moins mal (fiorinal30 = aspirine, barbital et codéine), qui diminuent la douleur des migraines (migraines ophtalmique à droite, migraine temporale à gauche et équivalent migraineux dans l’oreille gauche). Je me mets à lire sur le sujet, on n’oublie pas que dans les années 90, internet n’était pas ce que c’est aujourd’hui….. Donc j’essaie une cure de vitamines, toute sorte de vitamines, de la massothérapie, l’acupuncture et des soins énergétique aussi, pas besoin de vous dire que ça n’a pas fonctionné non plus, mais j’avais l’impression de faire quelque chose ….

Donc 26 octobre 2009, chirurgie. Quand je vais à ma visite de contrôle, deux mois plus tard et que je dis à ma gynécologue que j’ai mal partout dans le corps et que j’ai de la misère à endurer des vêtements! Elle blanchit, et veux m’examiner…. Tout est normal qu’elle me dit. Va voir ton médecin de famille….. Faudra investiguer.

Donc à la recherche du coupable, de ce qui me rend dans cet état. Ça pris un an et demie au rhumatologue à poser le diagnostique de fibromyalgie parce qu’il faut éliminer toutes les autres causes….. Donc coupable trouvé, on fait quoi? On essaie des médicaments qu’on utilise habituellement, ici, pour soulager les symptômes. Ça ne marche pas, ça me rend plus malade! Je ne croyais pas ça possible. Il me retourne chez mon médecin de famille qui prescrira : codéine, dilaudid et tramadol. Comme de raison je ne prends pas ça tout en même temps, je suis devenue championne pour traiter mes symptômes avec les antidouleurs. Ça marche que sur les douleurs, pas sur les autres symptômes…..

Comme la douleur ne vient pas seule, elle s’accompagne des symptômes suivant :

• j’ai une hypersensibilité au niveau des yeux, des oreilles, du nez, des dents et de la peau,

• un sommeil non réparateur, je me couche fatigué et je me lève fatigué. Pas compliqué, je suis fatigué tout le temps

• J’ai des acouphènes en continue dans les deux oreilles, mais c’est pire dans l’oreille gauche.

• J’ai des problèmes avec mes mâchoires, elles craquent et peuvent bloquer fermées….. et elles se fatiguent….. quand je parle beaucoup j’ai de la misère à former des phrases….

• J’ai la bouche, les yeux, les oreilles et la peau sèche…….

• Brouillard cérébral, difficulté à réfléchir, à me concentrer trouver mes mots et j’ai des problèmes de mémoire…..

Je n’ai pas nécessairement tout ça  intensément tous les jours, mais quand c’est intense c’est intense….. Je dirais que le niveau moyen de douleur et de non fonctionnalité sur 10, il est à 8 l’hiver avec médicamentation et à 6 l’été. Les lectures ont expliqué ce qui n’allait pas. Mon médecin me dit qu’on avait tout essayé et qu’on ne peut faire mieux…..

Pas besoin de vous dire que je me suis remis à la lecture pour trouver des manières de soulager…. Tout ça. Donc j’essaie les traitements chiropratique, la massothérapie, et d’autres soins de manipulation, ça soulage de manière temporaire mais c’est un éternel recommencement. J’essaie l’exercice, je m’inscris à un Gym et me fait faire un programme par un kiné. Quand ça prend 2 antidouleurs une heure avant d’aller au gym pour être capable de faire ce qui est programmé, c’est un peu décourageant, mais ça ne serait pas si pire si au moins ça donnait quelque chose! Mais, vous avez deviné, ça ne donne rien, ça empire ma condition générale. J’explore la piste de la nourriture et quand j’essaie quelque chose je l’essaie pendant 6 mois. J’ai essayé le sans gluten, le sans produits laitier, le sans gluten combiner au sans produits laitier, et tant qu’à faire on y ajoute ce qui reste pour faire une alimentation recommandé par le Seignalet (entre autre les cuissons lentes). Vous devinez….. ça ne marche pas! J’ai aussi mangé moins de protéines animales pour les remplacer par des protéines végétales, je n’ai pas eu le temps de me rendre à un végétarisme complet.

Oups on arrive en 2013. Il y a quelque chose qui ne va pas…. J’ai une bosse au niveau de ma glande thyroïde. Donc investigation….. et bingo! Cancer de la glande thyroïde, donc opération pour l’enlever au complet et traitement à l’iode radioactif et début de la prise de Syntroid (médicament de remplacement) Ce calvaire fera l’objet d’un autre article…….

Pour en finir avec la piste alimentaire, maintenant je mange cétogène, C’est-à-dire, haut en gras (le ¾ de mes calories) normal en protéine et faible en glucide (protéines et glucide le ¼ de mes calories). Je mange un cétogène qui oscille entre le stricte (moins de 20g de glucide par jour) et le modéré (moins de 50g de glucide par jour). J’avais débuté avec le libéral (moins de 100g de glucide par jour) en tenant compte que notre guide alimentaire nous recommande à peu près 300g de glucide par jour. Il ne me restait que ça à essayer. Après 3 mois, mes prises de sang n’ont jamais été aussi belles et j’ai perdu 28 livres (effet secondaire de cette alimentation) Ce sera un dossier à suivre pour voir si ça améliore ma condition générale, pour l’instant ce n’est pas concluant, mais ça ne fait pas assez longtemps. Donc à suivre……. Ça pourrait faire aussi l’objet d’un autre article…..

J’ai aussi pris des cours de toutes sortes pour comprendre et assister à différentes conférences sur différents sujets ….. on dit que le corps nous parle, mais comment l’interpréter ou le comprendre! Je n’ai pas encore trouvé mon décodeur! Des cours de croissances personnel, des cours de tarot, des livres de croissance personnelle m’ont aidé à mieux me comprendre ……. J’ai pris des cours d’art….. ça aussi ça aide, ça ancre dans l’instant présent. Et j’ai découvert la broderie…. Ça m’a rendu accro, je voulais toujours en apprendre plus, parce que je pouvais créer avec du fil et une aiguilles, mois qui avait toujours cousu. Coudre était rendu difficile, mais broder me réconciliait avec les fils et les aiguilles.

Aspect positif, je ne fume plus. J’ai découvert la broderie. Je m’ancre plus facilement dans l’instant présent. J’ai appris à dire et maintenir mon « non ». J’ai appris où étaient mes limites. Et avec tout ce cheminement les douleurs et les autres effets de la fibromyalgie ne sont pas disparues, mais j’ai appris à vivre avec et à les accepter. Je ne pourrai plus jamais travailler et avoir une gestion d’agenda serré comme avant….. mais je survie.

Lucie

Lentille corail aux merguez

Voici une belle petite recette que j’ai eu envie de faire ce matin, rapide parce qu’avec les chaleurs rester à la cuisinière trop longtemps c’est un truc de folie. Les lentilles roses (corail) sont très douces au goût et très rapide à cuisiner. Bon appétit !

Ingrédients

300 gr de lentille corail (pas besoin de faire tremper)

5 merguez

1 oignon rouge

1 poivron rouge

1 petite boite de maïs

2 tomates

1 boite de concentré de tomate

700 ml de bouillon (celui de votre choix, moi j’ai moitié boeuf, moitié lait de coco)

Coupé les merguez en petits tronçons, couper les oignons, les poivrons et les tomates en cube et réserver.

Préparation

Mettre les merguez à griller dans la casserole sans huile c’est assez gras généralement, si ce n’est pas le cas un peu d’huile. Une fois les merguez bien revenues ajouter les légumes et faire encore revenir quelques secondes et ajouter le concentré de tomate. Faire revenir environ deux minutes et ajouter les lentilles, faire revenir quelques secondes.

Pour ma part j’aime le faire en ajoutant petit à petit le liquide un peu style risotto, je mets un bon gros 15 minutes à ajouter tout mon liquide, mais vous pouvez mettre votre liquide et laissez mijoter en remuant de temps en temps.

Servez avec une petite  pointe de crème fraîche épaisse, ou encore gratiné au four quelques instant avec un fromage de caractère.

Cancer, fibromyalgie, Syndrome de Gougerot, ostéoporose, sclérose en plaque …..

La multiplicité des maladies est de plus en plus fréquente chez bien des gens, mais pourquoi sommes-nous atteints de multiples maladies à un moment de notre existence, les maladies auto-immunes ont le vent en poulpe et surviennent de plus en plus souvent et chez de plus en plus de gens, serait-elles aujourd’hui devenues la réponse au « je ne sais pas » des spécialistes ? Je me pose sérieusement la question, depuis ma leucémie j’ai tout entendu, entre, le c’est une maladie rare qu’on n’arrive pas à identifier pour l’instant, le on va faire une PL (ponction lombaire) pour voir s’il ne trainerait pas un début de SP (sclérose en plaque) ou une maladie de Charcot, pourquoi pas ma foi.

Je me croyais seule dans ce cas, pour moi lorsque j’entendais le mot rare qui suivait le mot maladie on parlait forcément d’un groupe de personne atteinte d’un mal ressemblant mais d’un petit nombre de patient, or il n’en pas tout à fait le cas, en effet par exemple le syndrome de Gougerot-Sjrogren vous connaissez ? traité par le spécialiste en neurologie du département des maladies rares, et pourtant je n’ai jamais eu autant de facilité à trouver des gens atteints par cette maladie soit disant rare, qui au final ne l’est pas tellement.

On fait de plus en plus de recherche sur les différents symptômes et on nomme un mal qui répond au plus grands nombres de dysfonctionnements, en se gardant toute liberté de pouvoir par la suite dire, « ah mais non ce n’est pas cette maladie », et là hop on repart sur une série de test pouvant nous rapprocher un peu plus de la vraie maladie rare qu’on ne trouvera pas et qui finira par « avec le recul et les discussions entre médecins, nous pensons qu’une partie des symptômes sont psychosomatique, ou mieux dans votre tête », et là tout un monde vient de s’écrouler.

Une des problématiques de ce phénomène est qu’on se retrouve vite avec plusieurs diagnostiques sans vraiment avoir un véritable diagnostique et donc un semblant de traitement qui es susceptible ne pas faire son effet puisque le véritable problème reste pour les médecins, introuvable.

Nombreux sommes-nous à avoir plus d’une maladie de diagnostiquée, comment peut-on arriver à reprendre une vie normale avec dans l’ensemble de notre corps des dysfonctionnements constants. Tout cela viendrait de quoi ? notre alimentation ? oui certainement en partie, notre environnement ? oui certainement aussi en partie, de notre façon de vivre sans prendre le temps de se poser ? ah mais ça c’est certains, nombres de troubles sont issus de notre mode de vie, trop vite, trop intense, juste trop.  Il me parait impossible de n’émettre qu’une seule réponse claire à cette question, ce qui explique en partie aussi le manque de justesse et de précision des diagnostiques.

Plus je discute avec les gens, plus je me rends compte que c’est assez fréquent de développer plusieurs syndromes ou maladies en même temps, comme plusieurs symptômes sont imputables à plusieurs maladies on va au plus vite et on dit au patient c’est une fibro avec un rhumatisme et surement un Gougerot, comme ça on risque moins de passer à côté. Mais comment faire pour avoir un traitement juste ? moi je dis écouter votre corps et essayé de comprendre comment il fonctionne face à tout ce que vous prenez et n’hésitez pas à dire au médecin, ceci ne me sert à rien, je veux qu’on le retire.

Cette semaine j’ai rendez-vous avec un grand spécialiste, neurologue spécialisé en maladies inflammatoires, j’ai hâte de voir ce qu’il va me dire, et me proposer, en espérant tellement que cette fois-ci il y ait un vrai constat avec une probable solution fonctionnelle.

A votre avis, cette multiplication des maladies chez une même personne viendrait de quoi ???